(18/07) Meurtre d' Estagel : les enquêteurs sur une piste sérieuse.

Une piste de poids : un profil ADN masculin a été isolé dans l'enquête sur le meurtre de la jeune Prescillia, dans la nuit du 7 au 8 juillet dernier à Estagel. Mais, pour le moment, aucun suspect n'a été identifié.


Dix jours après le meurtre de Prescillia Gonzales Manrubio, le procureur de la République adjoint, Bruno Albouy, annonce dans un communiqué que "l'expertise en recherche d'éléments biologiques a permis d'isoler un profil ADN de référence. Les comparaisons qui ont pu être entreprises, n'ont pas, encore, permis l'identification d'un suspect".



C'est bien un homme qui a donc tué la jeune fille, le 8 juillet dernier, après le bal des pompiers. Le corps de Prescillia avait été découvert le dimanche matin dans le cimetière d'Estagel. Mais, aucun suspect n'est pour le moment clairement identifié.


Le parquet de Perpignan a ouvert le 17 juillet une information judiciaire contre X pour "homicide volontaire commis sur une personne vulnérable et agression sexuelle commise à l'aide ou sous la menace d'une arme, sur une personne vulnérable".


Sans aucun doute, la découverte de cet ADN est un grand pas en avant dans les investigations menées par les gendarmes de la section des recherches de Montpellier, de la brigade de recherches de Rivesaltes et du groupement des Pyrénées-Orientales, sous l'autorité d'un juge d'instruction.